Pub pour site éthique qu'on adore !

Pub pour site éthique qu'on adore !

La cosmoculture : une méthode récente inspirée d’approches millénaires

Qu’est-ce que la cosmoculture ? Quel en est l’origine ? Comment est-elle pratiquée au Domaine Viret ? On vous explique tout !

Cosmoculure

« La Cosmoculture rappelle l’approche anthroposophique de la biodynamie sur certains points mais va bien plus loin sur d’autres… »


La naissance de la Cosmoculure : Alain et Philippe Viret

Le domaine Viret était appelé par les Romains le clos du Paradis, mais pourtant à l’époque, il manquait d’eau. Le raisin était mené à la cave coopérative. Alain Viret, verra durant toute son enfance défiler des spécialistes pour trouver de l’eau sur le domaine. Jusqu’à qu’il devienne lui-même sourcier et mette fin à 30 années de recherches familiales en trouvant une source. Il s’intéressera tout au long de sa vie à diverses approches non-conventionnel qu’il transmettra à son fils Philippe Viret. Aujourd’hui, Philippe Viret a pris le flambeau et continu de développer ce qu’ils ont baptisé la Cosmoculture. La Cosmoculture rappelle l’approche anthroposophique de la biodynamie sur certains points mais va bien plus loin sur d’autres.


Qu’est-ce que la Cosmoculture ?

D’après Philippe Viret, la Cosmoculture est en constante évolution. Il continue d’y ajouter des connaissances et travaille même à la réalisation d’un cahier des charges afin de pouvoir définir ces principes plus précisément et la partager de manière concrète. La Cosmoculture, fait beaucoup parler d’elle, y compris à l’étranger. Mais Philippe Viret veut éviter les opportunistes et qu’elle ne se diffuse sous des pratiques superficielles.
De ce que nous avons compris, le grand principe de la Cosmoculture est avant tout une écoute et une sensibilité vis-à-vis de la nature. L’idée n’est pas d’appliquer une recette mais de s’adapter à la vigne et son environnement. Optimiser l’équilibre naturel ou même rééquilibrer l’éco-système d’un domaine pour que la vigne offre le meilleur.

Le domaine Viret en ayant mis de grand moyen, autant personnel que matériel, dans cette approche fait partie des domaines qui font beaucoup parler d’eux et qui permettent de mieux faire connaître ce genre d’approche au grand public.
Bien entendu, le domaine Viret n’est pas le seul à avoir une approche à l’écoute des courants énergétiques de la nature. De nombreux paysans ou vignerons possèdent une approche similaire, et puisent leurs connaissances dans divers courants et surtout au sein de leur expérience de l’écoute de la nature. Parmi ces nombreux nombres autres domaines, nous ne pouvons pas nous abstenir de citer le domaine du cadavre exquis à l’énergie si particulière qui se ressent fortement dans ses vins.
Là aussi, Marc et Shirine Salerno parle d’écouter la nature. Et surtout de la laisser faire. Leur philosophie est marquée d’une intervention minimale qui nous rappellerai presque la philosophie taoïste du non-agir.


Cosmoculure, le domaine Viret

« Un peu sous le principe de l’acupuncture, mais cette fois-ci appliquée à la terre, le géobiologue va placer un élément tel qu’un Menhir pour faire circuler l’énergie de manière plus fluide… »


Les origines et pratiques de la Cosmoculure : le domaine Viret

Le domaine Viret ne fait pas les choses à moitié, et assume l’originalité (à notre époque) de son approche. Ils n’hésitent pas, pendant des années, à expérimenter, tester et mettre en place de grand moyen. On ne peut pas nier que l’approche de Philippe Viret et son père ne soit poussée. Voici un aperçu non-exhaustif de leurs pratiques :

  • Menhir ou pierres verticales disposés dans le domaine. Ces pierres ont pour but d’agir comme des antennes et d’harmoniser les circulations de courants électromagnétiques entre le ciel et la terre.

  • Un chai magnifique, véritable temple, construit selon le nombre d’or et inspirer de traditions Maya et Inca.

  • Une eau de source dynamisée et en contact avec des pierres précieuses qui lui apportent une vibration particulière.

  • Des Dolias : poteries géantes inspirées des pratiques Romaines pour vinifier certaines cuvées. Ces poteries, elles aussi construites selon le nombre d’or, avec une argile bien particulière et des inscriptions sculptées ayant pour rôle de donner certaines informations aux vins.

  • Un cahier des charges minimaliste dans les produits utilisés qui rappelle celui des vins natures ou biodynamique : pas d’intrants, compost seulement végétal et animal, jus de compost, silice et eau informée, préparations homéopathiques, pas de sulfites pour la plupart des vins ou seulement en dose homéopathique.

  • Suivi du calendrier lunaire

Et bien d’autres pratiques qui seront bientôt faciles d’accès grâce au cahier des charges de la Cosmoculture.


Cosmoculture et géobiologie

Pour bien comprendre la Cosmoculture, il est indispensable de s’intéresser à un des points qui caractérise le plus cette approche bioénergétique : la géobiologie.

Nous avons tous déjà remarqué que sur un même terrain, il arrive qu’une zone pousse beaucoup moins bien qu’une autre et soit plus terne, moins verdoyante voir aride. Bien entendu, cela s’explique souvent par l’ensoleillement ou l’eau disponible. Mais c’est loin d’être la seule raison. Il peut y avoir de nombreux facteurs qui entrent en jeu : notamment l’aspect électromagnétique de la terre. La géobiologie explique ces phénomènes par les différents courants telluriques liés aux types de métaux présents sous la terre. Selon elle, il existe différents réseaux de courant électromagnétiques dont le plus connu est le réseau Hartman qui quadrille les espaces (carré d’environ 2,5 mètres de côté). Et il arrive que des nœuds se créent où la circulation ne se fait pas bien. Un peu sous le principe de l’acupuncture, mais cette fois-ci appliquée à la terre, le géobiologue va placer un élément tel qu’un Menhir pour faire circuler l’énergie de manière plus fluide.

Pour se faire une idée du résultat, il suffit de repenser à ces endroits de nature qui attirent particulièrement notre attention et nous apaise par leur vibration. Ces endroits où l’on sent comme quelque chose dans l’air, dans l’atmosphère, quelque chose d’invisible pourtant bien présent, agréable, presque palpable et qui peut être ressenti par tous, y compris les plus cartésiens d’entre nous.

Voilà, dans les grandes lignes ce qu’est la Cosmoculture, nous attendons avec impatience le cahier des charges et que le groupe d’échange de la Cosmoculture se forme afin que cette approche, très intéressante, se démocratise davantage.


Pub pour site éthique qu'on adore !