Karim Vionnet

Du Beur dans les Pinards

AOP Beaujolais-Villages Rouge 2020

*Prix à titre indicatif
"Un glouglou fruité, juteux, gourmand et avec une belle minéralité qui reste en fin de bouche"
  • Gourmand, du fruit, juteux
  • 13,5°
  • Gamay
  • 75cl
  • Beaujolais
  • -

Où acheter cette cuvée ?

  • BBN vin nature
  • Vinibee
  • LET IT BIB
  • Terroirs & Co

La Dégustation

Ouais, je suis d’accord avec toi. Ce jeu de mots est fabuleux. Hyper drôle, super bien trouvé, et provoc juste ce qu’il faut. Et si tu te renseignes sur le parcours de Karim Vionnet, de Villié-Morgon, ce que je te conseille vivement parce que dans le registre atypique et attachant, on se pose là, tu verras que derrière la drôlerie, y’a aussi toute une histoire.

Alors je vais pas te mentir, c’est sur la base de son nom (et de l’étiquette dessinée par Michel Tolmer) que j’ai foncé sur cette quille. Que ce soit un AOC Beaujolais-Villages, un pur Gamay, tu le sachions, pour moi le néophyte, ça signifie pas encore grand chose. Mais Du Beur dans les Pinards, c’est tellement dingue comme blaze que je pouvions pas faire autrement, fallions pas que je passe à côté.

Et putain que j’ai bien fait. C’est un véritable coup de cœur ce vin. On s’est tout simplement régalés (et pour un prix plus que correct) et on est tombés sous le charme dès les premières gorgées, ensorcelantes, puissantes, prenantes.

Bon, déjà, il a une belle couleur. Une robe aux reflets grenats, violets, du plus bel effet. Nous voilà en pâmoison devant nos verres. C’est un peu comme être en parmesan mais en pas tout à fait pareil non plus. Et pis y sent bon. Des notes fruitées à fond : cassis et mûre en folie. La violette aussi. Pis des tanins, du cuir, un peu de tabac, une micro trace choco. Un nez intense et complexe qui marie légèreté et robustesse, fraîcheur et consistance, fête du fruit et profondeur.

Et dès la première gorgée, celle qui nous fera nous exclamer en chœur, ma chérie et moi « oh putain de bordel de merde, que c’est bon » (ouais on parle comme des charretiers dans cette maison, tu m’étonnes que nos mômes disent des gros mots eux aussi) c’est une véritable explosion de fruits qui se produit dans le dedans de nos bouches.

Mûres, cassis, framboises, grenades et myrtilles jaillissent, juteux et intenses, dans une ambiance sous-bois, portées par une sublime acidité qui apporte tension, légèreté, énergie et vivacité à l’ensemble. Et à peine se remet-on de cette déflagration de fruits des bois que des notes de violette et de poivre viennent se mêler à la fête, tandis que les tannins, soyeux, élégants, apportent profondeur et complexité à l’ensemble.

Le corps est agréable à souhait, on a l’impression de goûter la peau des raisins, c’est velouté, doux, sans prendre trop de place non plus pour pas complètement freiner le côté super glouglou de l’ensemble. Ouais, c’est glouglou mais un glouglou avec une dimension supplémentaire qui fait de ce vin, ce que moi, le tout jeune padawan du jaja, je qualifie de grand vin.
Un grand vin tellement fou fou en bouche et si facile à boire en dépit de ses 14% qu’à peine la bouteille entamée, je commandais non seulement une autre bouteille mais également 5 autres titres de Karim Vionnet dont me voilà déjà complètement fan.

 

 

 

FAB ZE FAB

Cuvée dégustée par @Fa_Ze_Fab_

Scénariste originaire de Montpellier, Fabzefab a deux passions : l’écriture et boire des canons.

L'accord Satori

Un apéro saucisson,
en écoutant Les Garçons d'Alice Dona

Karim Vionnet

Karim Vionnet

karim vionnet

Karim Vionnet : de l’usine à la vigne du Beaujolais

Karim Vionnet a été placé à 17 mois dans une famille à Villié-Morgon qui l’adoptera officiellement quelques années après. Il fait partie, aujourd’hui, de ces vignerons nature du Beaujolais que le monde entier, des États-Unis au Japon, s’arrache. Et on comprend pourquoi…

Son père lui ayant appris la valeur du travail, dans ses jeunes années, notre protagoniste oscille entre l’armée, l’usine et la vigne. Après un accident de travail, il choisira définitivement, pour le plus grand bonheur de nos papilles, le métier de vigneron. C’est aux côtés de Guy Breton qu’il fait ses classes et dont il deviendra son chef de culture pendant plusieurs années (une belle référence !).

Vins Vionnet : les Pépites de Villié Morgon !

En 2006, Karim Vionnet se lance à son propre compte et s’installe sur 3,7 hectares dans la commune qui l’a vu grandir pour y produire des vins en appellation Chiroubles, Beaujolais-Villages et Beaujolais nouveaux, sur des sols de marnes, schistes et sableux. Un terroir fertile, bastion des vins naturels, dont ses voisins s’appellent Mathieu Lapierre, Jean Foillard, Descombes…. Rien que ça !

Dans ses vignes du Beaujolais, Karim Vionnet labour les sols, n’utilise aucun produit qui pourrait perturber l’équilibre naturel (il a été à bonne école !). Et en cave, c’est levures indigènes, pas de chaptalisation et aucune cochonnerie. Il ne se permet que 1 mg/l SO2 à la mise, histoire de protéger ses vins du contact de l’air. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les vins Vionnet sont une réussite !

- Vous pourriez aussi kiffer -