Clos du Tue Boeuf

Coteaux du Giennois

Côteaux du Giennois Rouge 2015

*Prix à titre indicatif
"Du fruit noir mûr, un zeste de matière, de la fraicheur"
  • Fruité, joyeux, naturel
  • 12.5°
  • Gamay, Pinot noir
  • 75cl
  • Loire
  • 18 mois d'élevage

Où acheter cette cuvée ?

La Dégustation

Vinifié par Thierry Puzelat (Clos du Tue Boeuf) avec les raisins de Mathieu Coste, cet assemblage de Gamay (majoritairement) et de Pinot noir est un vin à l’acidité typique des vins nature. Du fruit noir mûr, un zeste de matière, de la fraicheur, c’est le genre de vin qu’on a envie de s’ouvrir sous l’ombre du cerisier du jardin, avec un plateau de charcuterie et des copains un poil rock’n’roll. Comme ce vin.

Vinifié il y a 5 ans,les tanins se sont bien fondus, ce Coteaux du Giennois arrive aujourd’hui à son apogée pour le déguster !

L'accord Satori

Sous l'ombre du cerisier du jardin,
un beau plateau de charcuterie,
en écoutant A well respected man de The Kinks

puzelat - clos du tue boeuf

Clos du Tue Boeuf

Vendange 1982 CLOS DU TUE BOEUF

© Clos du Tue Boeuf

Le Clos du Tue Boeuf : Les précurseurs du vin nature en Loire

Domaine emblématique du vin naturel en Loire, le Clos du Tue Boeuf est une histoire de famille. De mémoire, les ancêtres des Puzelat ont toujours été paysans, polyculteurs et vignerons.

En 1989, le fils Jean-Marie reprend les vignes, rejoint par son frère Thierry Puzelat en 1994. Avec cette nouvelle génération, le domaine se modernise et s’agrandit. Ils décident immédiatement de vinifier leurs vins sans intrants, avec le moins de sulfites possible, jusqu’à devenir un moteur, une référence de ce renouveau dans la région.
En janvier 2019, Jean-Marie prend sa retraite, c’est Zoé Puzelat (la fille de Thierry) qui le remplace au chai. Et en 2021 sa fille ainée Louise prend par à l’aventure, perpétuant ainsi la tradition familiale.

Note : Le Clos du Tue Boeuf a participé à propager la culture du vin orange en France, puisqu’en 2004, le domaine décide de monter une société de négoce après avoir découvert les vins Géorgiens. C’est grâce à eux que l’on peut en boire dans l’hexagone aujourd’hui. Les Puzelat ont d’ailleurs acheté des Qvevri en Géorgie pour vinifier leur propre vin orange. Un histoire que l’on peut lire dans le livre d’Alice Feiring – Skin Contact : Voyages aux origines du vin nu

- Vous pourriez aussi kiffer -