domaine de l'astré

De la science Ă  instinct avec le Domaine de l’AstrĂ©

Ici pas de Ă©niĂšme gĂ©nĂ©ration, ce n’est que depuis 2017 que Sylvain Ohayon & Aude Duval se sont installĂ©s. Du sang bien frais. Sylvain fait des Ă©tudes d’Ɠnologie Ă  Bordeaux puis passe pas mal d’annĂ©es Ă  taffer pour les autres. Il part Ă  la dĂ©couverte des vins d’ailleurs, et en Argentine, croise la route d’Aude. S’ensuit la naissance du Domaine de l’AstrĂ©.

Dans les vignes :

Quand ils reprennent le domaine, celui-ci est dĂ©jĂ  en bio depuis 2012. Prenant l’agriculture bio comme une base pour aller plus loin, ils le passent immĂ©diatement en biodynamie. Ils se fixent une mission : redonner Ă  fond d’activitĂ© biologique aux sols grĂące aux armes de la biodynamie.

Les sols sont argilo-limoneux, Ă  tendance fertile. En dessous des 1 m, 1,5 m de profondeur, se trouve la dalle calcaire propre Ă  la rĂ©gion.

Ces 8 ha sont travaillĂ©s une fois Ă  l’annĂ©e entre les rangs avant de faire des semis d’engrais vert. Il peut ĂȘtre amenĂ© Ă  griffer un rang sur deux selon le taux d’Ă©nervement de la pousse de l’herbe. Avec l’humiditĂ© du coin, l’enherbement peut prendre beaucoup trop ses aises et faire du zĂšle sur sa mission initiale de protection des sols jusqu’Ă  Ă©touffer les vignes.

Avec ce climat local bien humide, s’occuper des vignes en bio, c’est trĂšs dĂ©licat, voir impossible comme on aime le dire Ă  Bordeaux. Mais Sylvain Ohayon n’est pas plus inquiet que ça, il a ses petites potions magiques de phytothĂ©rapie en plus de la rĂ©habilitation des sols. Pas de quoi se stresser ni sortir l’artillerie lourde. D’ailleurs, il le dit : « pour faire des vins nature, il ne faut pas ĂȘtre trĂšs angoissĂ© ».

Le vigneron :

Selon Sylvain, le vin lui apprend la patience et il est super important de regarder la vigne et regarder le vin. Observer son Ă©volution, faire confiance sans chercher Ă  agir Ă  chaque Ă©tape. Parole d’Ɠnologue en conventionnel qui a appris Ă  dĂ©construire ces connaissances interventionnistes pour ne plus fourrer Ă  tout va son nez plein de chimie dans les affaires de dame Nature. NĂ©anmoins, il ne renie pas ses bases classiques qu’ils qualifient d’intĂ©ressantes.

Un brin provocateur, dĂ©contractĂ©, l’ancien Ɠnologue est aussi un vigneron qui y va Ă  l’instinct et qui aime s’Ă©manciper des rĂšgles. Comme il dit : « tant que le vin est bon, il n’y a pas de rĂšgle Â».

C’est dans cette dĂ©marche que dans ce jeune domaine de l’AstrĂ© on observe, expĂ©rimente et se cherche encore.

Dans la cave :

Ses vins, il aime les travailler dans l’Ă©quilibre. Pas d’extravagance ni de lourdeur. Avec une attention toute particuliĂšre dĂ©diĂ©e Ă  la structure en bouche.

La vinification se fait sans intrant, en levures indigĂšnes. Pas de sulfite s’il n’y a pas de piqĂ»re lactique, sinon 20-30mg/l. S’il n’y pas de piqĂ»re alors 0 sulfite ajoutĂ© pendant la vinif, puis gĂ©nĂ©ralement, 15 mg/l Ă  la mise en bouteille pour se rassurer.

Interview par Jus de la Vigne !