6 bouteilles (et thé) = LIVRAISON GRATUITE !

Skin Contact : Voyages aux origines du vin nu – Alice Feiring

Alice Feiring, née en 1954, est une journaliste-autrice états-unienne. Elle a écrit pour le Time Magazine, New York Times, le LA Times, et publié plusieurs livres défendant le vin naturel. Elle s’est fait connaître en critiquant vivement le vin californien qu’elle décrit comme « excessivement gonflé, trop alcoolisé, trop boisé, trop cher et trop manipulé ». Et ne porte que très peu dans son cœur la notation Parker à qui son premier livre est dédié…

Skin Contact : Voyages aux origines du vin nu - Alice Feiring

Skin Contact : Voyages aux origines du vin nu d’Alice Feiring est un livre qui réussit la difficile performance d’être instructif tout en étant agréable à lire. Le genre de bouquin qu’on dévore d’un trait avant de s’endormir un peu moins bête et rêveur…
Avec ce roman autobiographique, Alice Feiring nous embarque dans ses bagages à la découverte des vins géorgiens, de son histoire, de ses problématiques, de la personnalité des vignerons nature du pays et de la bouffe locale. Un beau programme !

La Géorgie, terre originelle du vin naturel et orange, après avoir subi les plans quinquennaux de l’URSS, renoue depuis quelques années avec sa tradition vinicole : le Qvevri (une grande jarre en terre cuite que l’on enterre pour vinifier et élever le vin). Dans ce pays en reconquête de sa culture, au fil des pages on croise une éleveuse de vers à soie, des industriels opportunistes, le dernier vigneron de Staline, le maitre des Qvevris, des amateurs de vin nature en pèlerinage, et sans oublier tous les vignerons qui ont de l’or liquide entre les mains. Un livre tenant la promesse d’anecdotes croustillantes et de donner l’envie de boire un verre de vin orange pour voyager…

Que l’on soit néophyte ou amateur des vins de la Géorgie, c’est une lecture qui se déguste avec ses sens… !

Extrait : « Il avait commencé à pleuvoir. Nous partîmes à la recherche de cueilleurs de champignons. J’étais ravie de cette rencontre, mais je ne pouvais m’empêcher d’être triste en me rappelant les paroles de Giorgi : « Pendant trente ans, il n’y avait aucune demande pour le qvevri, mais maintenant ça recommence à bouger. En Iméréthie, il y a les fils de Zaliko. Mais quand les vieux disparaîtront, combien de jeunes prendront leur place ? C’est ça, la question ». »

Envie de gouter les vins géorgiens ? Retrouvez nos deux domaines géorgiens coups de coeur : Iago’s wine & Gogo Wine