6 bouteilles (et thé) = LIVRAISON GRATUITE !

Infuser un thé Pu erh

La pratique du thé peut se goûter de différentes manières. Tout dépend de ce que l’on veut y trouver. Un moment de profondeur et de calme ? Une atmosphère légère entre ami.e.es à se raconter des bons souvenirs ? Déguster et analyser dans les moindres détails les caractéristiques d’un grand cru ? Toutes les raisons et les manières de boire un Pu erh sont bonnes et au diable les bonnes manières !

Quant à la manière de le préparer, voici quelques explications sur les possibilités qui s’offrent à vous :
(en bas de page quelques exemples d’infusions et de temps selon les thés)

Note : Les indications et les chiffres qui vont suivre sont seulement à titre indicatif. Oublions les balances et les chronomètres. Vous tirerez bien plus de votre pratique en faisant confiance à votre intuition.

Les méthodes pour infuser un thé Pu erh

infuser du thé

La méthode papy 

Matériel : un grand verre d’eau

Détails : 
2-3 grammes de feuilles / eau bouillante / temps : le nombre de minutes qu’il faut pour ne pas se brûler la bouche.

Conseils :
Remuer un peu si les feuilles flottent encore, celles-ci se déposent alors au fond du verre et vous n’aurez plus l’impression d’être un vieux cowboy en train de chiquer son tabac. Apprécier la beauté des feuilles. Une fois le verre vide, le remplir d’eau bouillante et c’est reparti pour plusieurs tours (en général notre soif est moins endurante que le thé lui-même). En buvant comme ça vous pourrez dire que vous êtes un.e vrai.e Yunnanais.e !

La méthode classique 

Matériel :
une théière / des tasses classiques / un petit pichet à thé (ou équivalent)

Détails :
3-8 grammes de feuilles / eau bouillante / plusieurs passes

Conseils :
Vous pouvez expérimenter les temps d’infusion selon le type de thé, la quantité de feuilles et selon les goûts, mais disons pour 5 grammes de feuilles infuser en moyenne 40 sec pour la première passe et ensuite étirer le temps pour les suivantes. Si vous trouvez le thé trop fort ou amer, vous pouvez alors diminuer les temps d’infusions.
Note : éviter les boules à thé qui empêchent les feuilles de se déployer.

Le gongfucha traditionnel

Matériel:
Un contenant de 10 à 15cl : une théière à dégustation ou un gaiwan, un pichet, des petites tasses

Le pichet à thé : Une fois le temps d’infusion atteint, l’on verse le contenu de la théière ou du gaiwan dans le pichet. Puis dans les tasses des convives.
Le pichet permet d’avoir une liqueur équilibrée. Ainsi les convives profitent tous de la même liqueur. Sans cela le premier servi aurait la liqueur du dessus de la théière, donc la plus légère en goût, et le dernier à être servi aurait la liqueur la plus en contact avec les feuilles donc la plus forte.

Les petites tasses : elles sont adaptées au reste du matériel et aux courtes infusions répétées. En buvant une petite quantité à chaque passe, nous pouvons suivre l’évolution d’un puerh au travers des différentes passes. En moyenne avec un contenant classique l’on peut servir 4 ou 5 tasses par passe.

Conseils :
C’est la méthode traditionnelle chinoise. Basée sur des infusions successives et brèves (de quelques secondes à 1 minute au fil des passes). L’on dispose une quantité relativement élevée de feuilles (de 3g à 8g en moyenne) dans le fond de la théière ou du gaiwan. On fait une première passe avec de l’eau bouillante, de quelques secondes seulement visant à rincer le thé (pour les personnes sensibles à la théine, cette étape peut être rallongée, voir article thé et théine).
Cette étape permet aussi d’ouvrir le thé, de déployer les feuilles. Pour les thés primeurs, il est possible de rincer deux fois. L’on effectue ensuite la première passe, en laissant infuser le thé plus longtemps. Le temps d’infusion dépend des habitudes, du matériel employé et bien sûr de chaque thé.
Pour un Puerh sheng apaisé par les années, 30 secondes en moyenne peuvent suffire. Éventuellement un peu plus pour les Pu erh fermentés shou. Pour ce qui est d’un Puerh sheng vert de l’année (dit primeur), 2 à 5 secondes suffisent pour les premières infusions.
Pour les infusions qui suivent, on peut étirer le temps selon le caractère du thé, nos propres goûts.

La plupart des Puerh vont s’ouvrir peu à peu pour exprimer le meilleur d’eux-mêmes autour de la 4 ou 5ᵉ passe et évoluent ensuite au cours des suivantes. Le nombre total de passe dépend de l’envie et de l’endurance du thé. Certains thés pu erh, notamment âgés peuvent être appréciés sur 15 passes sans problème (jusqu’à 100 passes pour certains vieux puerh de plus de 40 ans), et pour la plupart sur 7-8 passes.

Le gongfucha est avant tout un art, il n’y a pas une bonne et une mauvaise manière de le pratiquer. Chaque individu peut donc l’interpréter à sa manière et offrir un thé unique, résultat de l’addition de tous les petits détails et choix propre à chacun.
Avec de subtiles variations, on influe grandement sur l’arôme du thé.

Exemples :

Notes : de manière générale plus un thé est jeune plus les infusions courtes seront adaptées, et plus le Puerh est vieux plus on peut rallonger les infusions et mettre une quantité de feuilles plus importante.

Fengqing arbes anciens 2014 (disponible ici)
6-7gr / eau bouillante / 4-9 infusions / 1ère passe : 30sec’ / 2ᵉ passe 45sec’ / 3ᵉ passe : 1 min, etc.

Hong Kong sheng 90s (disponible ici)
7-8gr/ eau bouillante / 10-25 infusions / 1ère passe : 25sec’ / 4ᵉ passe 1min30 / 12ᵉ passe : 3-4 min, etc