6 bouteilles (et thé) = LIVRAISON GRATUITE !
Eternel Retour - La sorga

Eternel retour – La Sorga

Dégustation d’Eternel Retour de la Sorga écrite par Fabzefab. Scénariste originaire de Montpellier, il a deux passions : l’écriture et boire des canons. Par un tour de passe-passe dont lui seul à le secret, il a réussi à réunir les deux en rédigeant sur Instagram des chroniques de dégustation, principalement de bières artisanales, mais aussi, depuis peu, de vins, plutôt natures. Quotidiennement, il alimente donc les algorithmes de reviews aussi foutraques que passionnées avec pour seuls objectifs l’échange, le partage et l’envie de se faire plaisir avec de jolies quilles.

ETERNEL RETOUR - LA SORGA

La semaine dernière je te causais de Maître Splinter (#fzfmaitresplinter), un vin blanc de mon nouveau chouchou préféré roudoudou en nature, La Sorga, aka Anthony Tortul qui nous fait des quilles languedociennes aussi réussies du côté du contenu que de celui du contenant, toujours punk-rock. Et je te disais à quel point on avait bu ça si vite qu’il m’avait fallu sortir direct une deuxième boutanche de la cave pour étancher, à madame et moi-même, notre soif aussi insatiable que notre appétit pour le cul.

Et bien cette deuxième quille, ce fusse cet Éternel Retour, un vin orange de Mauzac Jaune et je découvre, après le formidable Na de Cantina Giardino (#fzfnavinobianco) que les vins oranges, comme le tiercé pour Omar, c’est mon dada. C’est mon nouveau super kiff. Je veux boire que des vins oranges. Non, évidemment, je déconne. Pas que ça. Mais un max. Car il y a dans ces vins de macération, quelque chose d’assez foufou qui me séduit au plus haut point, dans la structure, dans la texture, dans les arômes, dans les sensations en bouche, je frémis, je frissonne, je palpite, tellement ça me fait de l’effet et mes papilles décèdent de bonheur dans ces sensations à la fois acides et rondes qui les caressent comme une masseuse saurait le faire avec ton sexe jusqu’à ce que tu exprimes dans un râle tout ce que tu penses de son savoir-faire. Je sais pas si j’ai pas un peu perdu tout le monde avec cette image, mais moi je me suis, ce qui est déjà pas mal, car si vous saviez le nombre de fois où je me perds moi-même, c’est flippant.

Bref, un vin orange de La Sorga, c’est aussi bien qu’un happy finish dans un salon, le nez est très fruité, avec les fruits exotiques mais aussi les agrumes, c’est épicé, y’a du miel, des envolées fleuries, et une légère touche de funk qui rappelle que nous sommes en présence d’un vin nature brut de décoffrage, et comme tu le sais, l’amoureux du funk qui sommeille en moi (enfin, non, il dort jamais cet enfoiré) ne parvient pas à considérer cela comme un défaut.

En bouche, c’est beau, léger, et complexe à la fois. Une acidité vive, tendue, citrique, me saisit immédiatement les recoins de la langue dans une astringence bien marquée et souligne les saveurs de fruits exotiques (ananas, mangue) mais aussi d’agrumes (citron, pamplemousse, mandarine) et de fleurs blanches mais à peine ton palais s’envole-t–il dans la fraîcheur acidulée qu’une vague plus grasse vient arrondir l’ensemble avec des notes plus douces, sucrées et mielleuses de pommes mûres, de coing, de poire, un peu confits. Et c’est cette double personnalité, entre l’acidité radicalement glouglou et la densité plus riche et gourmande, qui me plait tant dans les vins oranges, mais je t’en cause comme si que je connaissais mon sujet alors qu’en vérité, cet Éternel Retour est seulement le deuxième que je bois !
Mais avec en plus des notes épicées, une ampleur magistrale en bouche (enfin, magistrale, pour un vin de cette trempe hein, sachons raison garder) et un final sec, subtilement iodé, voilà un pur jus totalement glouglou, que nous avons descendu tout aussi rapidement que la première boutanche (nous sommes des alcooliques professionnels, merci de ne pas reproduire ça chez vous) mais en même temps c’est assez léger avec « seulement » 10,5% au compteur et pour calmer nos (h)ardeurs, il a fallu qu’ensuite je dégoupille un Imperial Stout. Bon, là, tandis que je t’écris ces lignes, nous sommes au lendemain, et je te mentirais si je te disais que je me sens en forme. Mais putain qu’est ce qu’on s’est régalés !

FAB ZE FAB

@fab_ze_fab_

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. Ceci est une dégustation personnelle et littéraire !

Envie d’avoir Eternel Retour dans sa cave ?

Eternel retour - La Sorga

Livraison Gratuite dès 6 bouteilles