6 bouteilles (et thé) = LIVRAISON GRATUITE !
Ella m'a serré - Sylvain Bock

Ella m’a serré – Sylvain Bock

Dégustation de Ella m’a serré de Sylvain Bock écrite par Fabzefab. Scénariste originaire de Montpellier, il a deux passions : l’écriture et boire des canons. Par un tour de passe-passe dont lui seul à le secret, il a réussi à réunir les deux en rédigeant sur Instagram des chroniques de dégustation, principalement de bières artisanales, mais aussi, depuis peu, de vins, plutôt natures. Quotidiennement, il alimente donc les algorithmes de reviews aussi foutraques que passionnées avec pour seuls objectifs l’échange, le partage et l’envie de se faire plaisir avec de jolies quilles.

Ella m'a serré - Sylvain Bock

C’est à Alba la Romaine, en Ardèche, que le vigneron Sylvain Bock, que je découvre avec cette quille, a fait macérer Elle m’a Serré (vous l’avez, du coup ?) pendant 7 jours, afin que ce vin orange (75% sauvignon blanc et le reste de chardonnay) puisse nous régaler les papilles. Je sais, ça fait beaucoup de virgule et de parenthèses pour une seule et même première phrase d’introduction, mais tu me connais, j’aime bien les constructions syntaxiques complexes et casse-gueule, c’est mon petit péché mignon. Tout comme les vins oranges d’ailleurs, que je découvre peu à peu et dont je me rends compte que j’aime beaucoup ce registre.
Et c’est certainement pas cette boutanche qui va me faire changer d’avis bikoze qu’elle offre douceur, fruitance et légèreté, avec ce zeste de complexité et de rondeur, que j’apprécie dans ces vins. Dès le nez, avec des arômes fruités, estivaux, épicés et gourmands, nous voilà embarqués dans un univers où règne insouciance et langueur, où l’on peut se laisser aller à la rêverie, à la rigolerie, à tout ce qui nous est interdit dans la société de contrôle et de surveillance dans laquelle on vit. Ici, c’est précisément une invitation à l’évasion que nous offre Bock.
Et la clé qui ouvre la cellule mentale dans laquelle on tente de nous enfermer, on la trouve dès la première gorgée, emportés par les belles saveurs de ce vin aux envolées fruitées (agrumes, poire, pomme, coing, abricot) et épicées (vanille, cannelle), portées par une acidité franche, vive, dynamique, qui retombe ensuite avec douceur dans un univers légèrement plus rond, plus doux, avec une note pâtissière subtilement beurrée qui, mêlée au bon goût des pommes et de la cannelle, me fait soudain penser à une tarte Tatin. Mais en version légère hein, on est pas dans le kouglof qui te reste sur l’estomac 8h après être sorti de table. Non, ici le dessert est simplement évoqué, c’est une esquisse, on plonge pas dedans complètement.
La texture est agréable en bouche, comme une caresse, y’a une belle longueur, ça dure vraiment longtemps, et persiste sur des notes d’orange et de pamplemousse. C’est juteux et frais, glouglou et complexe à la fois, c’est tout plein d’énergie, on en sort revigoré, en dépit des 13%, et avec la sensation sacrément agréable, d’avoir pu s’évader, le temps de ces 75cl et de se rendre là où on voulait sans que personne ne nous demande de fournir la moindre information concernant notre profil médical. Quand un vin rencontre l’essence même de L’Éloge de la Fuite de Laborit, ça donne Elle m’a Serré, très joli titre qui me donne, bien évidemment, envie de découvrir tout ce que fait Sylvain Bock. 

FAB ZE FAB

@fab_ze_fab_

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. Ceci est une dégustation personnelle et littéraire !

Envie de goûter Ella m’a serré de Sylvain Bock ?

Ella m'a serré, vin orange de chez sylvain Bock